ICONOCLASTES GALERIE

L’exposition : Smelling Like Teen Spirit
Après une vente de polaroids à l’International (living through this) et la publication de certaines de certaines de ses photos de personnalités et de voyages dans des magazines, la journaliste Violaine Schütz a exposé ses photos à la Galerie Mathilde C sous le nom de An Ideal for living. Elle présente un travail photographique en majorité en noir et blanc autour d’une vie passée dans les salles de concerts, les festivals, les rues malfamées la nuit, mais aussi près de la mer et des palmiers, loin du tumulte urbain. Comme la new-wave, genre musical qu’elle aime tant, et la photographie américaine des années 50, ses clichés oscillent toujours en ombre et lumière, romantisme et rébellion, mélancolie et espoir. Cette fois-ci c’est l’adolescence et la jeunesse, ce pays dont on ne revient jamais, qui l’a inspiré.

La photographe :
Née l’année de la mort d’Ian Curtis, Violaine doit son nom à la batteuse d’un groupe de new-wave,
mais n’est pas foutue d’écrire une chanson. Pour se venger de cette incapacité chronique à se pencher religieusement sur son Epiphone noire, elle écrit sur la pop culture depuis plus de dix ans. Ses papiers musique, cinéma et société ont été publiés dans Tsugi, Rolling Stone, Vanityfair.fr, Jalouse, Libération, Glamour.fr, Elle, I-D, M Le Mag du Monde, Trax, Antidote, Numéro ou encore Dazed And Confused. Dans d’autres vies, elle a été étudiante en philosophie, rédac chef du Bonbon Nuit et de La List (Stylist) et chef de rubrique lifestyle/tendance chez Be. Djette, elle a joué en France mais aussi en Inde, à Moscou et à l’Ile Maurice. Elle est également l’auteur de deux essais sur Daft Punk (dont un traduit au Japon) et prépare une bio de Courtney Love à sortir chez Camion Blanc, ainsi qu’un premier roman, traitant de rock et d’humour noir absurde. Mais sa passion pour les images en général et la photographie ne l’ont jamais quittées. Munie d’un appareil jetable, d’un polaroid, d’un Leica, d’un Lomo ou d’un Olympus, elle documente son existence vécue dans les marges et la contre-culture depuis une quinzaine d’années. Ses thèmes de prédilection ? Les pop stars, le Paris « mondain », l’adolescence, les gueules, la Californie et l’Amérique en général, les scènes de vie étranges et les paysages hantés.

unnamed.jpg