Stéphane Margolis

La Galerie Iconoclastes présente l’exposition “Terra Incognita” de l’artiste Stéphane Margolis.
Du 8 au 15 juin 2017
http://www.stephanemargolis.com/

Photo de famille



Vernissage le jeudi 8 juin 2017 de 19h à 22h
Remerciements à nos partenaires
Little Greene
Brooklyn Brewery

—————————————————————————————-

Terra Incognita

Nourri à l’ikebana et sensibilisé aux questions environnementales, Stéphane Margolis est au chevet d’un système menacé d’autodestruction.

Il note que l’homme, conquistador cosmique narcisso-opportuniste, projette dans l’espace des messages de paix humaine destinés à des formes de vie inconnues, et dans le même temps, empoisonne les océans sacrifiant par dizaines de milliers des espèces sans avoir eu le loisir de les répertorier.

Les personnages de Margolis, échantillons de son bestiaire trans-règne, sont les graves et facétieux témoins de ces espèces éteintes avant d’être découvertes.Graves commentateurs de la fin.
Facétieux dans leurs stratégies d’adaptation et de transmission génétique.

Dans un surréalisme pulsée au beat de leurs mystères engloutis, leur théâtre se déroule sur une série de grandes photographies et d’installations.

Stéphane Margolis

Les créations de Stéphane Margolis, créées comme des chimères,des chimères, végétaux mis en scène et transformés avec des matières minérales et artificielles apparaissent dans notre monde comme des créatures étranges et inquiétantes.

Entre la plante, l’animal le gri-gri vaudou, leur fragilité périssable est capturée par la photographie et nous les livre dans une puissante évocation d’une planète qui se meurt, thème cher à l’artiste qui a grandi dans la région horticole d’Hyères, parmi les vastes champs de fleurs et les plantes tropicales.

Son apprentissage dans l’art floral japonais de l’ikebana lui a ouvert les portes du sacré, discipline ancestrale entre humour et surréalisme occidental…

Si la nature, depuis la nuit des temps, a façonné l’humain, Stéphane Margolis prend le processus à rebours, figeant et transformant le vivant, le hissant dans un moment de grâce.

En artiste conscient de son temps, ses créations poursuivent à la fois l’idée de beauté et nous alertent : « Le monde se meurt. Les éléments de ses créations sont transformés au point de ne plus être identifiables, dans un jeu d’alchimie et deviennent les témoins silencieux d’une planète ravagée par l’humanité ».

Georgina Tacou