Norman Dilworth

Norman Dilworth – « Jeu d’esprit » Du 20 mai au 30 juin 2010


L’œuvre de Norman Dilworth démontre qu’en fin de compte, l’invention, l’imagination et le pouvoir artistique peuvent surpasser le système utilisé. En regardant ses œuvres, on voit émerger des images que l’on associe aux formes naturelles de croissance ; cet aspect montre que, dans l’œuvre de Dilworth, les principes systématiques d’un côté, et les suggestions de dynamisme de l’autre ne sont en aucunes façons contradictoires mais complémentaires.

Norman Dilworth a commencé par explorer les possibilités de l’Art Concret à travers la peinture et le dessin. Le seuil important qu’il a franchi à la fin des années 70 implique que ses constructions sculpturales ne sont plus des objets qui structurent l’espace en trois dimensions, mais commencent à avoir leur propre identité, se développant dans l’espace en partant de leur point d’origine ; chaque œuvre crée individuellement son espace dimensionnel par son engendrement concret, matériel et visuel.


Né en 1931 à Wigan, Angleterre, Norman Dilworth suit les cours de l’école d’art de Wigan de 1949 à 1952. De 1952 à 1956 il étudie à la Slade School of Fine Art de l’University College, à Londres. Il obtient le prix Tonks de la Slade school en 1955 et l’année suivante, le Prix de dessin du Sunday Times. Un bourse du gouvernement français lui est accordée pour étudier à Paris (1956 à 1957).

Jusqu’en 1982 Norman Dilworth travaille et réside ensuite à Londres. En 1971, il se voit décerner 1er prix de sculpture pour Haverfordwest (British Art Council), suivi en 1974 du1er prix, fontaine pour Cardiff, Pays de Galles (Welsh Arts Council). En 1980, avec Gerhard von Graevenitz, il organise l’exposition « Pier + Ocean » (Hayward Gallery, Londres et Musée Kröller-Müller, Otterlo) à laquelle il participe.

De 1982 à 2002 il réside et travaille à Amsterdam, avant de se fixer en 2002 à Lille où il vit et travaille désormais.